Accueil / nouvelles

Le plan de l’Alliance nouvelles voies pour atteindre la carboneutralité va bon train

octobre 14, 2022

Des progrès considérables ont été accomplis lors des premières étapes des travaux pour mettre en place un réseau de captage et de stockage du carbone produit par des installations d’exploitation des sables bitumineux. 

CALGARY, le 14 octobre 2022. – L’Alliance nouvelles voies, qui représente les six plus importantes entreprises de sables bitumineux du Canada, est présentement à l’œuvre pour faire progresser les premières étapes des travaux nécessaires à la construction de la plus importante infrastructure de captage et de stockage du carbone (CSC) à l’échelle mondiale, dans la région des sables bitumineux du nord de l’Alberta.

Le projet de CSC constitue l’élément central de la première phase de l’ambitieux plan de l’Alliance nouvelles voies en vue de réduire de 22 millions de tonnes par an d’ici 2030 les émissions provenant de l’exploitation des sables bitumineux et d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

« Un projet de CSC de cette envergure représente une entreprise colossale qui requiert qu’un important travail soit fait en amont, et qui exige un solide partenariat entre l’industrie et le gouvernement pour sa réalisation », mentionne Kendall Dilling, président de l’Alliance nouvelles voies.

« Nous poursuivons notre collaboration avec les gouvernements du Canada et de l’Alberta pour faire en sorte que les programmes de financement commun du Canada et la réglementation en matière de CSC soient mondialement concurrentiels, et que les cibles de réduction des émissions de notre industrie soient réalistes et réalisables.

« Nous avons également entamé une démarche auprès des collectivités en vue de les inviter à s’engager avec nous afin de déterminer quelle serait la meilleure formule pour la mise en œuvre de notre plan.

« Parallèlement, nous faisons avancer les travaux afin de nous assurer que nous serons prêts à prendre une décision d’investissement et à commencer les travaux de construction aussitôt la mise en place des conditions financières et réglementaires nécessaires. »

La première phase du plan de l’Alliance nouvelles voies comporte un investissement d’environ 16,5 milliards de dollars dans son projet de départ de CSC d’ici 2030, et de 7,6 milliards de dollars dans d’autres projets de réduction des émissions. Ces sommes, totalisant près de 24,1 milliards de dollars, font suite aux milliards de dollars déjà investis par les entreprises membres pour réduire les émissions globales par baril de 22 % au cours de la dernière décennie seulement.

Liste des travaux préliminaires effectués à ce jour dans le cadre du projet de départ de CSC de l’Alliance nouvelles voies :

  • Engagement dès le départ auprès de plus de 20 communautés autochtones se trouvant le long du réseau proposé de transport et de stockage du CO2 et garantie de s’engager concrètement tout au long du cycle des activités du réseau.
  • Permission accordée par le gouvernement de l’Alberta afin que l’Alliance poursuive son travail d’exploration quant à son ambitieux projet de centre de CSC, dont le but est de stocker en toute sécurité et de façon permanente le CO2 capté à partir de plus de 20 installations de sables bitumineux et d’autres industries intéressées par le CSC situées au nord de l’Alberta.
    • Des travaux plus élaborés pour évaluer les zones de stockage débuteront bientôt.
    • Le centre de CSC proposé par l’Alliance pourrait, à terme, permettre de stocker en toute sécurité plus de 1,1 milliard de tonnes de CO2 dans un aquifère salin en profondeur – un levier essentiel pour atteindre son objectif de carboneutralité d’ici 2050.
  • Réalisations d’études d’ingénierie pour les installations de captage du CO2 de la phase 1.
    • Neuf études de faisabilité sur le captage du carbone impliquant des entreprises membres ont été menées sur des sites de sables bitumineux, et les travaux d’ingénierie progressent.
  • Achèvement des travaux de préingénierie sur le pipeline de 400 kilomètres qui transportera le CO2 capté jusqu’au centre de stockage. Les travaux d’ingénierie plus approfondis débuteront bientôt.
  • Programmes environnementaux sur le terrain en cours afin d’appuyer les demandes d’application réglementaire pour la ligne de transport et le réseau de stockage du CO2 proposés. L’Alliance prévoit de soumettre ces demandes à la fin du quatrième trimestre de 2023.

Ces travaux, de même que plusieurs autres, sont actuellement menés par une équipe de plus de 200 ingénieurs, experts et scientifiques des entreprises de l’Alliance nouvelles voies afin de faire progresser les technologies et d’atteindre l’objectif de carboneutralité.

Les Canadiens et les Canadiennes peuvent en apprendre davantage sur le plan de l’Alliance nouvelles voies et la collaboration sans précédent entre toutes les parties prenantes afin de développer et déployer des technologies qui visent à réduire les émissions en visitant le https://alliancenouvellesvoies/mettonscaauclair

× Fermer

Avertissement : Les déclarations de conditions ou d’événements futurs contenues dans cette page, y compris les projections, les objectifs, les attentes, les estimations, et les plans d’affaires sont des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives peuvent être relevées par des mots comme atteindre, aspiration, croire, prévoir, être censé, proposer, plan, objectif, chercher, projet, prédire, cible, estimation, attente, prévision, vision, stratégie, perspectives, horaire, futur, continuer, susceptible, peut, doit, sera et/ou de semblables références à des résultats à venir. Les déclarations prospectives dans cette présentation comprennent, sans toutefois s’y limiter, des références à la viabilité, au choix du moment et à l’effet de la collaboration de l’Initiative pour des sables bitumineux carboneutres et de l’élaboration de voies au soutien d’un avenir carboneutre; le soutien aux voies de la part du gouvernement de l’Alberta et le gouvernement du Canada; la capacité de la production pétrolière d’atteindre zéro émission nette et de préserver la contribution économique du secteur; le rôle continu des combustibles fossiles dans le cadre d’un mélange énergétique diversifié; et la mise en œuvre de technologies pour réduire les émissions de GES, comme le CUSC, les améliorations des procédés, l’efficacité énergétique, la substitution de carburants, l’électrification, les couloirs d’infrastructure et les nouvelles technologies de réduction des émissions. Toutes les références à la carboneutralité dans cet avis s’appliquent aux émissions des activités des sables bitumineux (définies comme émission de portée 1 et de portée 2). Les déclarations prospectives sont fondées sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles au moment où elles ont été faites. Les résultats futurs réels, y compris les attentes et les hypothèses concernant : la croissance de la demande et la source énergétique, l’approvisionnement et le mélange, la quantité et le choix du moment des réductions d’émissions; l’adoption et les effets des installations ou technologies nouvelles, y compris sur les réductions des émissions de GES; les plans des projets, le choix du moment, les coûts, les évaluations techniques et les capacités, et la capacité d’exécuter efficacement ces plans et d’exploiter les actifs; que le soutien demandé pour les voies de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada sera fourni; les lois et les politiques gouvernementales applicables, y compris le changement climatique et les restrictions pour lutter contre la COVID-19; les taux de production, la croissance et le mélange; les conditions générales du marché; et les dépenses d’immobilisation et environnementales, peuvent être sensiblement différents selon un nombre de facteurs. Ces facteurs comprennent les changements mondiaux, régionaux ou locaux quant à l’approvisionnement et la demande en matière de pétrole, de gaz naturel, et de produits pétroliers et pétrochimiques et le prix, les répercussions sur les différentiels et les marges qui en découlent; les activités politiques ou réglementaires, y compris les modifications et changements de loi ou de politique gouvernementale et les mesures pour lutter contre la COVID-19; la réception, en temps opportun, d’approbations réglementaires et de tiers, y compris pour de nouvelles technologies; le manque de soutien nécessaire de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada; les risques environnementaux inhérents à l’exploration pétrolière et gazière et aux activités de production; les règlements environnementaux, y compris les règlements sur les changements climatiques et sur les GES et les modifications à de tels règlements; le capital disponible et son imputation; l’offre et le rendement de fournisseurs de services tiers; les difficultés imprévues techniques ou d’exploitation; la gestion et les calendriers des projets et leur achèvement dans des délais raisonnables; l’analyse et le rendement des réservoirs; les développements technologiques imprévus; les résultats des programmes de recherche et des nouvelles technologies, et la capacité de mener les nouvelles technologies à l’échelle commerciale rivalisant sur le plan des prix; les risques et dangers de l’exploitation; les conditions économiques générales, y compris la survenance et la durée de récessions; et d’autres facteurs cités en référence par les entreprises dans leurs rapports annuels respectifs les plus récents et lors de discussion et d’analyse de la direction, le cas échéant. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement futur et impliquent un nombre de risques et d’incertitudes, certains sont semblables aux autres entreprises du secteur pétrolier et gazier et certains sont uniques à des entreprises. Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux qui sont exprimés ou tacites dans les présentes déclarations prospectives et les lecteurs sont avertis de ne pas s’y fier indûment. Les entreprises n’assument aucune obligation quant à la mise à jour des déclarations prospectives contenues dans cette présentation, sauf si les lois l’exigent.