Accueil / nouvelles

L’Alliance nouvelles voies privilégie une gamme de technologies pour atteindre la carboneutralité

Photo de scientifiques travaillant dans un laboratoire novembre 10, 2022

Communiqué de presse

CALGARY – 10 novembre 2022

L’Alliance nouvelles voies, qui représente les plus importantes entreprises de sables bitumineux du Canada, a publié des informations supplémentaires sur ses mesures visant à faire progresser les technologies innovatrices de réduction des émissions dans le cadre d’un plan à phases multiples sans précédent pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

La liste de technologies souligne le travail de collaboration effectué par l’Alliance dans le but d’aider le Canada à respecter ses engagements en matière de climat et sera présentée dans le cadre de la délégation canadienne officielle à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27) à Charm el-Cheikh, en Égypte.

« Les entreprises de sables bitumineux font progresser les nouvelles technologies et celles qui existent déjà avec l’aide de plusieurs organisations de recherche et développement de premier plan, à l’échelle nationale et internationale, afin de mettre au point de nouvelles approches pour réduire considérablement les émissions de CO2 », indique Kendall Dilling, président de l’Alliance nouvelles voies.

« Les technologies de pointe sont l’un des outils les plus importants que nous possédions pour réduire mondialement les émissions, et les entreprises de l’Alliance nouvelles voies ont beaucoup d’expérience en recherche et développement sur laquelle elles peuvent s’appuyer. Nous serons ravis de pouvoir échanger nos idées avec des délégués du monde entier lors de la COP27. »

L’Alliance nouvelles voies regroupe des scientifiques, ingénieurs et autres experts de ses entreprises membres afin de mettre en œuvre son plan visant à réduire les émissions absolues de CO2 de 22 millions de tonnes d’ici 2030 et à atteindre la carboneutralité d’ici 2050. En plus de la construction d’un réseau de captage et de stockage du carbone d’ici 2030, ces experts de l’industrie se concentrent sur le développement de la prochaine génération de technologies de réduction des GES.

Les technologies privilégiées par l’Alliance nouvelles voies pour favoriser la collaboration et l’accélération de son plan sont les suivants :

  • Le captage et le stockage du carbone (CSC). L’Alliance fait avancer plusieurs projets de développement de la technologie de CSC, notamment :
    • L’essai de technologies de nouvelle génération, comme celles développées par Svante, ainsi que l’utilisation de piles à combustible à carbonate fondu.
    • L’amélioration continue des usines de captage afin d’accroître l’efficacité énergétique
      et de réduire les coûts.
    • Le développement de plans pour réduire les coûts des technologies de captage de la prochaine génération.
    • L’évaluation de la faisabilité de la séquestration du CO2 dans les gisements
      de gaz épuisés.
  • Les technologies pour réduire le recours à la vapeur dans la production du bitume.
    • Un projet pilote sur la prochaine génération de technologies d’ajout de solvant à concentration élevée développées au centre de recherche de L’Imperial.
    • L’optimisation de la séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur (SGSIV) assistée par solvant.

Le plan de développement des technologies de l’Alliance comporte également des travaux

sur plusieurs autres technologies clés nécessaires à l’atteinte de la carboneutralité

d’ici 2050. Celles-ci comprennent :

Grâce au cofinancement prévu par des gouvernements canadiens, l’Alliance nouvelles voies a récemment annoncé son intention d’investir 24,1 milliards de dollars d’ici 2030 pour la première phase de son plan.

Environ 16,5 milliards de dollars serviront à financer un réseau de captage et de stockage du carbone proposé dans le nord-est de l’Alberta. Une fois construit, ce réseau sera l’un des plus grands au monde. On prévoit aussi un autre investissement de 7,6 milliards de dollars dans des projets et des technologies de réduction des émissions d’envergure.

Entre 2012 et 2021, les six entreprises membres de l’Alliance ont investi plus de 10 milliards de dollars en recherche et développement de diverses technologies. Certaines ont permis à l’industrie de réduire les émissions de CO2 par baril d’environ 20 % entre 2009 et 2020, selon S&P Global.

Formée en 2021, l’Alliance nouvelles voies est une collaboration entre Canadian Natural, Cenovus Energy, ConocoPhillips Canada, Imperial, MEG Energy et Suncor Énergie, qui produisent ensemble environ 95 % du pétrole issu des sables bitumineux au Canada.

Les Canadiens et les Canadiennes peuvent en apprendre davantage sur le plan de l’Alliance nouvelles voies et la collaboration sans précédent entre toutes les parties prenantes afin de développer et déployer des technologies qui visent à réduire les émissions en visitant le https://alliancenouvellesvoies

× Fermer

Avertissement : Les déclarations de conditions ou d’événements futurs contenues dans cette page, y compris les projections, les objectifs, les attentes, les estimations, et les plans d’affaires sont des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives peuvent être relevées par des mots comme atteindre, aspiration, croire, prévoir, être censé, proposer, plan, objectif, chercher, projet, prédire, cible, estimation, attente, prévision, vision, stratégie, perspectives, horaire, futur, continuer, susceptible, peut, doit, sera et/ou de semblables références à des résultats à venir. Les déclarations prospectives dans cette présentation comprennent, sans toutefois s’y limiter, des références à la viabilité, au choix du moment et à l’effet de la collaboration de l’Initiative pour des sables bitumineux carboneutres et de l’élaboration de voies au soutien d’un avenir carboneutre; le soutien aux voies de la part du gouvernement de l’Alberta et le gouvernement du Canada; la capacité de la production pétrolière d’atteindre zéro émission nette et de préserver la contribution économique du secteur; le rôle continu des combustibles fossiles dans le cadre d’un mélange énergétique diversifié; et la mise en œuvre de technologies pour réduire les émissions de GES, comme le CUSC, les améliorations des procédés, l’efficacité énergétique, la substitution de carburants, l’électrification, les couloirs d’infrastructure et les nouvelles technologies de réduction des émissions. Toutes les références à la carboneutralité dans cet avis s’appliquent aux émissions des activités des sables bitumineux (définies comme émission de portée 1 et de portée 2). Les déclarations prospectives sont fondées sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles au moment où elles ont été faites. Les résultats futurs réels, y compris les attentes et les hypothèses concernant : la croissance de la demande et la source énergétique, l’approvisionnement et le mélange, la quantité et le choix du moment des réductions d’émissions; l’adoption et les effets des installations ou technologies nouvelles, y compris sur les réductions des émissions de GES; les plans des projets, le choix du moment, les coûts, les évaluations techniques et les capacités, et la capacité d’exécuter efficacement ces plans et d’exploiter les actifs; que le soutien demandé pour les voies de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada sera fourni; les lois et les politiques gouvernementales applicables, y compris le changement climatique et les restrictions pour lutter contre la COVID-19; les taux de production, la croissance et le mélange; les conditions générales du marché; et les dépenses d’immobilisation et environnementales, peuvent être sensiblement différents selon un nombre de facteurs. Ces facteurs comprennent les changements mondiaux, régionaux ou locaux quant à l’approvisionnement et la demande en matière de pétrole, de gaz naturel, et de produits pétroliers et pétrochimiques et le prix, les répercussions sur les différentiels et les marges qui en découlent; les activités politiques ou réglementaires, y compris les modifications et changements de loi ou de politique gouvernementale et les mesures pour lutter contre la COVID-19; la réception, en temps opportun, d’approbations réglementaires et de tiers, y compris pour de nouvelles technologies; le manque de soutien nécessaire de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada; les risques environnementaux inhérents à l’exploration pétrolière et gazière et aux activités de production; les règlements environnementaux, y compris les règlements sur les changements climatiques et sur les GES et les modifications à de tels règlements; le capital disponible et son imputation; l’offre et le rendement de fournisseurs de services tiers; les difficultés imprévues techniques ou d’exploitation; la gestion et les calendriers des projets et leur achèvement dans des délais raisonnables; l’analyse et le rendement des réservoirs; les développements technologiques imprévus; les résultats des programmes de recherche et des nouvelles technologies, et la capacité de mener les nouvelles technologies à l’échelle commerciale rivalisant sur le plan des prix; les risques et dangers de l’exploitation; les conditions économiques générales, y compris la survenance et la durée de récessions; et d’autres facteurs cités en référence par les entreprises dans leurs rapports annuels respectifs les plus récents et lors de discussion et d’analyse de la direction, le cas échéant. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement futur et impliquent un nombre de risques et d’incertitudes, certains sont semblables aux autres entreprises du secteur pétrolier et gazier et certains sont uniques à des entreprises. Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux qui sont exprimés ou tacites dans les présentes déclarations prospectives et les lecteurs sont avertis de ne pas s’y fier indûment. Les entreprises n’assument aucune obligation quant à la mise à jour des déclarations prospectives contenues dans cette présentation, sauf si les lois l’exigent.