Notre plan

Nous reconnaissons que les changements climatiques représentent le défi de l’heure et que notre industrie a un rôle essentiel à jouer pour aider notre pays à atteindre ses objectifs climatiques.

C’est pourquoi nous avons élaboré un plan en trois phases pour progresser vers une réduction des émissions de carbone et atteindre l’objectif de carboneutralité d’ici 2050. Notre plan comprend des étapes clés à court terme pour assurer une progression immédiate de manière à ce que nous puissions aussi aider le Canada à atteindre ses objectifs intermédiaires de réduction des émissions pour 2030.

 

Comment nous allons réaliser notre plan

Il n’y a pas de voie unique vers la carboneutralité. C’est la raison pour laquelle nous envisageons différentes approches et technologies pour atteindre notre objectif de carboneutralité d’ici 2050.

Notre plan repose en grande partie sur la technologie du captage, de l’utilisation et du stockage du carbone (CUSC), soit celle que nous pouvons mettre en œuvre le plus rapidement. Il s’agit de capter les émissions de CO2 à la source, puis de transporter le CO2 jusqu’à un lieu de stockage souterrain sûr et profond dans des formations géologiques. Le CUSC est une technologie sûre, éprouvée et fiable, et le Canada est à l’avant-garde de son déploiement.

Outre le CUSC, nous allons mettre de l’avant d’autres technologies nouvelles ou existantes, comme le captage direct dans l’air et le passage à des combustibles plus faibles en carbone comme l’hydrogène et l’électricité propres pour alimenter nos activités d’exploitation des sables bitumineux.

En raison de l’ampleur des investissements nécessaires à long terme pour construire des infrastructures de captage et de stockage du carbone et de la vitesse à laquelle il faut avancer pour atteindre les objectifs de 2030, le modèle collaboratif où les gouvernements investissent aux côtés de l’industrie est la clé de la réussite dans les pays qui misent sur cette technologie. Le succès dépend aussi d’un régime fiscal et réglementaire favorable.

Pathways Alliance Logo

Notre plan

C’est pourquoi nous avons élaboré un plan en trois phases pour progresser vers une réduction des émissions de carbone et atteindre l’objectif de carboneutralité d’ici 2050.


Notre projet CUSC de base

Dans un premier temps, l’Alliance nouvelles voies se concentrera sur la construction d’un réseau de base de captage et de stockage du carbone dans le nord de l’Alberta. Au cœur de ce réseau se trouve un projet de pipeline pour recueillir le CO₂ capté dans plus de 20 installations d’exploitation des sables bitumineux, et l’acheminer vers un projet de centre de stockage souterrain sûr dans la région de Cold Lake en Alberta. Les autres industries de la région intéressées par le captage et le stockage du CO₂ pourraient y avoir accès.

Un plan en trois phases

Il n’y a pas de voie unique vers la carboneutralité. C’est la raison pour laquelle nous envisageons différentes approches et technologies pour atteindre notre objectif de carboneutralité d’ici 2050.

Notre plan en trois phases assurera une réduction des émissions

Phase 1: 2020-2030

CUSC

Phase 2: 2030-2040

Nouvelles technologies

Phase 3: 2040-2050

Amélioration de l'efficacité

Fondée sur le captage, l’utilisation et le transport du carbone jusqu'à une installation de stockage - comprend le captage du carbone produit par plus de 20 installations d'exploitation des sables bitumineux; pourrait être étendu à d'autres industries.

Fondée sur la mise en valeur de technologies existantes et nouvelles pour agir comme leader mondial de la production pétrolière carboneutre.

La phase finale de notre plan sera axée sur la poursuite de l’expansion du CSC ainsi que sur l'amélioration et l’innovation des processus, incluant les projets d'efficacité énergétique, de substitution de carburants et d’électrification. Nous continuerons également l’exploration et le développement de technologies existantes et émergentes, notamment le captage direct dans l’air.

En quoi consistent le captage et le stockage du carbone (CUSC)?

La technique consiste à capter les émissions de gaz à effet de serre avant, pendant et après la combustion. Les émissions sont retirées et stockées en toute sécurité. Dans certains cas, le carbone peut être recyclé dans la fabrication de matériaux comme le béton ou la fibre de carbone.

Et ça fonctionne?

Oui. On trouve au Canada des installations de CUSC qui fonctionnent de façon sûre et fiable depuis des années. De plus, il y a de nombreux projets de réseaux CUSC semblables à celui de Alliance nouvelles voies en cours dans le monde.

À l’échelle de la planète, des projets semblables en Norvège et aux Pays-Bas ont permis de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Ces exemples en Europe montrent que la collaboration entre l’industrie et les gouvernements peut aider à réduire les émissions en vue d’atteindre la carboneutralité.

Fabriqué au Canada

Nous tirons des leçons de ce qui s’est fait dans ces pays pour élaborer notre propre solution localement. Nous avons besoin du savoir-faire des gens qui travaillent au sein des entreprises membres de Alliance nouvelles voies, nous devons compter sur l’esprit d’innovation des travailleurs du secteur des technologies propres et il nous faut une politique claire et transparente ainsi qu’un cadre réglementaire exhaustif.

« Nous avons investi plus de 2 milliards de dollars dans la recherche au cours des deux dernières décennies. Cela nous permet de continuer à atteindre des résultats concrets concernant notre production, nos émissions environnementales et d'autres défis majeurs auxquels nous sommes confrontés. »
Brad Corson, Chef de la direction, Imperial

Nous avons besoin des esprits brillants des personnes qui travaillent pour les entreprises qui composent l’Alliance nouvelles voies. Nous avons besoin des esprits brillants de celles et ceux qui travaillent dans le secteur des technologies propres. Et nous avons besoin du soutien politique et réglementaire du gouvernement.

Innovation et technologie

Ce n’est pas d’hier qu’on mise sur l’innovation et la technologie pour réduire les émissions dans l’industrie des sables bitumineux. Il y a longtemps que l’on en tire parti. Les émissions de gaz à effet de serre par baril ont reculé de 20 % dans le secteur des sables bitumineux au Canada entre 2009 et 2018.

Nous avons une longue tradition d’essor industriel fondé sur des percées technologiques. Notre industrie est régie par une des réglementations environnementales les plus rigoureuses au monde et nous avons établi les normes les plus élevées pour la gestion de nos projets énergétiques. C’est pourquoi le Canada ne pourrait être mieux placé pour assumer un rôle de leader mondial en matière de production pétrolière responsable.

Nous pensons qu’au Canada, l’ingéniosité, le leadership et la collaboration peuvent aider à relever le défi des changements climatiques et que notre industrie peut jouer un rôle important dans la sécurité et la durabilité de l’approvisionnement énergétique futur de notre pays.

Collectivités

Une communauté de parties prenantes

La carboneutralité repose sur la collaboration entre les industries, les deux paliers de gouvernement et les nombreux autres groupes d’intérêt essentiels. Nous allons continuer de travailler en étroite collaboration avec les municipalités, les collectivités autochtones, les organismes environnementaux, nos fournisseurs et nos investisseurs partout au Canada.

Les communautés autochtones sont vitales

Chacune des entreprises membres membres de l’Alliance nouvelles voies a fait de grands pas vers la réconciliation avec les collectivités autochtones à proximité de ses installations. Nous sommes impatients de poursuivre le dialogue avec ces collectivités dans les mois et les années qui viennent afin de veiller à ce que l’on tienne compte de leurs idées et de leurs préoccupations dans le cadre de la progression de notre plan en trois phases et de nos efforts pour atteindre notre objectif de réduction des émissions.

× Fermer

Avertissement : Les déclarations de conditions ou d’événements futurs contenues dans cette page, y compris les projections, les objectifs, les attentes, les estimations, et les plans d’affaires sont des déclarations prospectives. Les déclarations prospectives peuvent être relevées par des mots comme atteindre, aspiration, croire, prévoir, être censé, proposer, plan, objectif, chercher, projet, prédire, cible, estimation, attente, prévision, vision, stratégie, perspectives, horaire, futur, continuer, susceptible, peut, doit, sera et/ou de semblables références à des résultats à venir. Les déclarations prospectives dans cette présentation comprennent, sans toutefois s’y limiter, des références à la viabilité, au choix du moment et à l’effet de la collaboration de l’Initiative pour des sables bitumineux carboneutres et de l’élaboration de voies au soutien d’un avenir carboneutre; le soutien aux voies de la part du gouvernement de l’Alberta et le gouvernement du Canada; la capacité de la production pétrolière d’atteindre zéro émission nette et de préserver la contribution économique du secteur; le rôle continu des combustibles fossiles dans le cadre d’un mélange énergétique diversifié; et la mise en œuvre de technologies pour réduire les émissions de GES, comme le CUSC, les améliorations des procédés, l’efficacité énergétique, la substitution de carburants, l’électrification, les couloirs d’infrastructure et les nouvelles technologies de réduction des émissions. Toutes les références à la carboneutralité dans cet avis s’appliquent aux émissions des activités des sables bitumineux (définies comme émission de portée 1 et de portée 2). Les déclarations prospectives sont fondées sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles au moment où elles ont été faites. Les résultats futurs réels, y compris les attentes et les hypothèses concernant : la croissance de la demande et la source énergétique, l’approvisionnement et le mélange, la quantité et le choix du moment des réductions d’émissions; l’adoption et les effets des installations ou technologies nouvelles, y compris sur les réductions des émissions de GES; les plans des projets, le choix du moment, les coûts, les évaluations techniques et les capacités, et la capacité d’exécuter efficacement ces plans et d’exploiter les actifs; que le soutien demandé pour les voies de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada sera fourni; les lois et les politiques gouvernementales applicables, y compris le changement climatique et les restrictions pour lutter contre la COVID-19; les taux de production, la croissance et le mélange; les conditions générales du marché; et les dépenses d’immobilisation et environnementales, peuvent être sensiblement différents selon un nombre de facteurs. Ces facteurs comprennent les changements mondiaux, régionaux ou locaux quant à l’approvisionnement et la demande en matière de pétrole, de gaz naturel, et de produits pétroliers et pétrochimiques et le prix, les répercussions sur les différentiels et les marges qui en découlent; les activités politiques ou réglementaires, y compris les modifications et changements de loi ou de politique gouvernementale et les mesures pour lutter contre la COVID-19; la réception, en temps opportun, d’approbations réglementaires et de tiers, y compris pour de nouvelles technologies; le manque de soutien nécessaire de la part du gouvernement de l’Alberta et du gouvernement du Canada; les risques environnementaux inhérents à l’exploration pétrolière et gazière et aux activités de production; les règlements environnementaux, y compris les règlements sur les changements climatiques et sur les GES et les modifications à de tels règlements; le capital disponible et son imputation; l’offre et le rendement de fournisseurs de services tiers; les difficultés imprévues techniques ou d’exploitation; la gestion et les calendriers des projets et leur achèvement dans des délais raisonnables; l’analyse et le rendement des réservoirs; les développements technologiques imprévus; les résultats des programmes de recherche et des nouvelles technologies, et la capacité de mener les nouvelles technologies à l’échelle commerciale rivalisant sur le plan des prix; les risques et dangers de l’exploitation; les conditions économiques générales, y compris la survenance et la durée de récessions; et d’autres facteurs cités en référence par les entreprises dans leurs rapports annuels respectifs les plus récents et lors de discussion et d’analyse de la direction, le cas échéant. Les déclarations prospectives ne sont pas des garanties de rendement futur et impliquent un nombre de risques et d’incertitudes, certains sont semblables aux autres entreprises du secteur pétrolier et gazier et certains sont uniques à des entreprises. Les résultats réels peuvent être sensiblement différents de ceux qui sont exprimés ou tacites dans les présentes déclarations prospectives et les lecteurs sont avertis de ne pas s’y fier indûment. Les entreprises n’assument aucune obligation quant à la mise à jour des déclarations prospectives contenues dans cette présentation, sauf si les lois l’exigent.